Camping Flower
Réserver
icône téléphone+33 (0)4 92 73 30 30
  • Anglais
  • Néerlandais

Le parc naturel régional du Luberon

Territoire de grands espaces et de nature sauvage, le Luberon est le fruit d’une longue histoire géologique. Découvrez les jalons de son occupation par les populations humaines, de la préhistoire à nos jours, et profitez de votre séjour en camping Luberon pour découvrir un parc naturel exceptionnel !

Le Territoire du Parc du Luberon

Autour de villes réputées comme Cavaillon, Manosque, Apt, Forcalquier ou Pertuis, le parc naturel régional du Luberon s’étend au-delà des frontières historiques et culturelles du Luberon. En plus des territoires du Luberon du nord et du Luberon du sud, le parc englobe en effet la vallée du Cavalon, le sud des monts du Vaucluse autour de Gordes et de Roussillon, ainsi qu’une partie des Alpes-de-Haute-Provence avec les environs de Forcalquier et de Manosque. En tout, 77 communes adhèrent à la charte du parc et au syndicat de gestion mixte. Entre la Méditerranée et les Alpes, le parc naturel protège bien sûr le massif du Luberon, un relief de 60 km de long qui sépare le Petit du Grand Luberon : d’un côté, une altitude 700 m maximum et la magnifique forêt de cèdres, de l’autre le relief plus escarpé avec le fameux Mourre Nègre et ses 1125 mètres d’altitude.

Faune et Flore du parc naturel du Luberon

Le parc naturel du Luberon abrite plusieurs écosystèmes très différents :

Un milieu de garrigue sur le versant sud du massif, où dominent les arbustes et les herbacées comme le romarin, où s’épanouissent les espèces de lézards et où l’on peut rencontrer le plus petit mammifère du monde, le pachyure étrusque.

Les pelouses de crêtes caractérisées par une végétation rampante ou très basse, qui abrite des orchidées rares et de nombreux papillons

Les chênaies des versants nord, dominées par des chênes blancs à feuilles caduques, abritent l’espèce de fleur protégée de la frassinelle et les bécasses des bois. Les zones exploitées par les humains sont aujourd’hui plus propices aux chênes verts, dont le feuillage persistant attire le geai des chênes et la fauvette à tête noire.

Dans les canyons, les grottes et les falaises escarpées du massif, s’est développée une importante population de rapaces : la zone abrite notamment le dernier couple d’aigles de Bonelli du Lubéron, et le vautour percnoptère, dernier représentant provençal de la famille des vautours.

La Maison du parc d’Apt

Sur la place Jean-Jaurès, au cœur d’Apt, la Maison du parc fait découvrir à ses visiteurs l’histoire géologique du massif, ses différents écosystèmes et sa culture humaine. On y apprend la manière dont se sont formés les différents paysages du parc, mais aussi le rôle de l’empreinte humaine sur leur évolution, à travers le pastoralisme, l’agriculture et le bâti. La boutique de la Maison du parc naturel régional du Lubéron poursuit cette vocation double de transmission et de promotion du patrimoine local, avec un important fonds documentaire, des jeux et outils pédagogiques, ainsi que des produits typiques du terroir : parmi eux, les jus de fruits et confitures confectionnés à partir des fruits du verger de la Maison de la Biodiversité, située à Manosque.

Mis à jour le

Précédent : Sortir en Vaucluse | Suivant : L’Apiculture du Luberon

ante. Nullam libero at adipiscing massa quis,